Motet de sainte Ursule

Steursule delorme 2017

Anonyme Motet de Sainte Ursule

pour chœur (DHcTB), orchestre à cordes et basse continue

Restauration de Marie-Virginie DELORME

 

Marie-Virginie DELORME

Le Motet de sainte Ursule à quatre parties avec symphonie est une pièce extraite du Livre de Musique de la Basilique saint Aphrodise de Béziers. Ce manuscrit, daté de 1735, comporte diverses œuvres anonymes d’orgue, de clavecin, de violon ainsi que deux motets ; il est aujourd’hui conservé par les Archives Départementales de l’Hérault.

Le Motet de sainte Ursule est une pièce particulièrement intéressante à plusieurs niveaux.

Adressé à sainte Ursule, le texte du Motet est un poème original : il ne s’agit pas d’un texte liturgique référencé et il n’a été traité dans aucune autre pièce musicale connue.

Cette pièce semble avoir un lien avec l’église sainte Ursule de Pézenas. Implantées à Pézenas depuis 1618, les Ursulines firent bâtir leur église en 1686. Celle-ci possède un magnifique retable d’autel commandé à un sculpteur biterrois (1688) qui représente trois figures féminies remarquables : sainte Ursule, la Vierge Marie et sainte Angèle Mérici. Les deux premières figures représentées dans le retable sont expressément nommées dans le motet.

D’une écriture très lisible, le manuscrit musical présente une partition réduite (sans les parties intérieures de l’orchestre), c'est-à-dire un conducteur qui comprend un dessus de violon (sol 1), un chœur mixte à quatre parties : dessus (ut 1), haute-contre (ut 3), taille (ut 4) et basse (fa 4) et une partie de basse continue dont les douze premières mesures sont chiffrées.

Au niveau pédagogique, cette pièce a permis aux élèves de la classe d’écriture du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Béziers-Méditerrannée, durant l’année scolaire 2014-2015, de s’investir dans un travail riche réparti sur plusieurs axes :

  • se familiariser avec la lecture d’une partition manuscrite du XVIIIe (très lisible et facile d’accès) ;
  • découvrir le genre du motet et s'approprier le style français du XVIIIe (encore trop peu abordés dans les classes d’écriture et d'analyse) ;
  • réaliser l'écriture des parties manquantes (haute-contre et taille de violon) ;
  • redonner vie à une pièce du répertoire local. En effet, le Motet a été joué à Perpignan le 31 mars et le 5 avril 2015 par les élèves du département de Musique Ancienne du CRR de Perpignan.

Ce travail a également fait l’objet :

-d’une masterclass au CRR de Perpignan pour les classes d’écriture (mars 2015)

-d’une communication au colloque des Journées de Musiques Anciennes de Vanves 2015

-de plusieurs conférences à la Médiathèque André Malraux de Béziers (Novembre 2016)  et au CRD de Béziers (janvier & février 2017)  lors de séances spécifiques pour les classes de formation musicales de C2 et C3. 

La partition restaurée est disponible à La Sinfonie d’Orphée.